Portraits d’une psychanalyse : répétition, répétition, répétition…

I.

Je répète par­fois mon texte avant de la voir, prévois un sujet ou deux dans l’ascenseur que je n’aborderai pas.

***

J’apprends à impro­vis­er en faisant suff­isam­ment con­fi­ance à ma parole, à la respecter comme un être vivant, pour la laiss­er se déploy­er dans le temps de la séance et l’espace du cab­i­net.

***

L’acteur c’est d’abord la parole, et nous l’assistons ?

II.

Famille, ami-e-s, col­lègues, incon­nu-e-s : elle occupe tous les rôles.

***

L’acteur, c’est d’abord la parole, et nous la représen­tons ?

III.

Je répète les mêmes actions, les mêmes erreurs pré­cisé­ment parce que les sit­u­a­tions, les choses et les hommes ne se ressem­blent jamais tout à fait (c’est leur génie) : je ne les vois pas arriv­er.

***

Le savoir man­tique ne préserve pas de la répéti­tion.

***

Un temps est néces­saire — incom­press­ible, long — avant d’identifier des récur­rences, des patrons sous la mul­ti­plic­ité des masques et des formes que peut pren­dre le symp­tôme.

***

Un temps est néces­saire — incom­press­ible, long — avant de l’épuiser et de s’autoriser à faire un pas de côté.

IV.

Dans L’Invention de Morel, Casares décrit une machine qui peut repro­duire fidèle­ment la réal­ité à l’infini, après l’avoir tuée : cap­turé, un indi­vidu (ou plutôt : son âme, son fan­tôme) est con­damné à revivre les mêmes moments.

Capture d’écran 2017-03-31 à 10.23.24

Pourquoi avoir fab­riqué une telle machine ? Parce que Morel aime une femme qui ne l’aime pas : il cherche à se l’approprier éter­nelle­ment, qu’il tue en créant sa réplique. Sous­traite au monde, fan­toma­tique, elle est main­tenant con­damnée à répéter leur ren­con­tre.

***

La répéti­tion est le désir de pos­ses­sion.

***

La répéti­tion finit par me pos­séder.

***

La répéti­tion est le désir de pos­ses­sion qui finit par me pos­séder.

***

Dans la répéti­tion, je me pos­sède : je suis à moi éter­nelle­ment.

***

La répéti­tion est l’amour de soi.

***

Dans la répéti­tion, je pos­sède le monde.

***

Rien ne meurt en se répé­tant.

***

La répéti­tion est la néga­tion de la con­tin­gence, de la fluc­tu­a­tion du monde.

***

La répéti­tion est la néga­tion de la mor­tal­ité.

***

La répéti­tion est la néga­tion de la mort ?

V.

Qu’est-ce qui se répète ? L’amour vivant de Morel ou son fan­tôme ? Qu’est-ce que je pos­sède dans la répéti­tion ?

***

La répéti­tion est pos­ses­sion d’une représen­ta­tion.

***

La répéti­tion tue pour représen­ter.

***

La répéti­tion est l’instrument de la représen­ta­tion qui tue la réal­ité pour que nous la pos­sé­dions.

VI.

Dans L’Invention de Morel, le nar­ra­teur observe puis approche la fan­tôme : il cherche à don­ner l’impression à ses poten­tiels obser­va­teurs qu’il fait par­tie de son monde et qu’ils s’aiment ; pour cela, il répète à ses côtés les gestes de l’amour.

***

Dans la répéti­tion, j’apprends à pro­duire l’illusion.

***

La répéti­tion est l’indice d’une préférence pour la représen­ta­tion.

VII.

Le nar­ra­teur finit par mourir, après s’être enreg­istré dans la machine pour rejoin­dre le fan­tôme de l’amour et devenir, à son tour, une copie.

***

C’est le désir d’amour qui con­duit à la répéti­tion.

***

Celui qui répète est une copie de sa réal­ité : il vit sa vie à côté.

VIII.

C’est alors qu’il se rap­pelle le pays qu’il a aimé et qui l’a poussé à fuir sur cette île mau­dite, après l’avoir poli­tique­ment con­damné.

***

La répéti­tion est l’indice de ten­ta­tives de remé­mora­tion.

***

J’accède au sou­venir par la représen­ta­tion.

IX.

La répéti­tion est re-présen­ta­tion : opportunité/chance de revivre une nou­velle fois en recom­mençant dif­férem­ment.

X.

La répéti­tion est la con­di­tion du renou­veau.