Portraits par la fenêtre : “Pour profiter de la lumière, avant de se coucher”

Elles se retrou­vaient avec la famil­iar­ité de celles qui ne se voient jamais, com­me deux par­ents repren­nent une con­ver­sa­tion entamée l’an dernier, inter­rom­pus quelques instants par une ques­tion dont cha­cun con­naît la répon­se et qu’ils se plaisent à oublier (“Un sucre ou deux ?”) tan­dis que, plus loin, en sor­tant du couloir – où sèche un linge…

Poursuivre la lecture →

Annotations d’enfants et regards d’adultes

(À mon neveu Ilan) Les anno­ta­tions d’enfants sont une affaire d’adultes. C’est sous leur regard et leur con­sen­te­ment qu’ils se livrent aux délices de la sub­ver­sion, qui les porte à débor­der le tex­te encadré, sacral­isé (le cadre est l’autre nom du sacre dans la poésie per­sane1 ORSATTI, Pao­la, “Le man­u­scrit et le tex­te : élé­ments pour…

Poursuivre la lecture →

Usages et pratiques : quelles différences ? (1/7) deux traditions d’analyse des manières de faire

Une série de bil­lets pour penser la dif­férence entre “usages” et “pra­tiques” sou­vent util­isés de manière syn­onymique mais qui trahissent pour­tant des appar­te­nances dis­ci­plinaires et des héritages bien différents.1Il y a encore à faire une typolo­gie des raisons pour lesquelles nous reprenons, même dans la com­mu­nauté sci­en­tifique, des ter­mes sans tou­jours nous inter­roger sur leur per­ti­nence.…

Poursuivre la lecture →

Usages et pratiques : quelles différences (2/7) Mead et l’interactionnisme symbolique

Du prag­ma­tisme — du moins en France — on retient le plus sou­vent les apports de Peirce et de ses héri­tiers (Austin, Sear­le, Fish­man, Hymes, etc.) qu’il s’agisse de faire l’anthropologie de l’écriture et notam­ment de la sig­na­ture1FRAENKEL, Béa­trice, La Sig­na­ture, Gal­li­mard, 1992., de men­er une sémi­o­tique “ouverte”2Boutaud Jean-Jacques et Véron Eliseo, Sémi­o­tique ouverte : Itinéraires…

Poursuivre la lecture →

Usages et pratiques : quelles différences ? (3/7) écologie et archéologie de l’action

Le pre­mier prob­lème auquel je m’attaquerai main­tenant a été rapi­de­ment posé à la fin de la dernière par­tie : après avoir syn­thétisé les posi­tion­nements du prag­ma­tisme de George Her­bert Mead et de l’interactionnisme sym­bol­ique, je me suis demandé si ces deux mou­ve­ments n’avaient pas com­mis une erreur en s’attachant prin­ci­pale­ment à l’homme dans la pra­tique. En…

Poursuivre la lecture →