Non non, ne vous en faites pas, je vais rien vous demander !”

À Ménil­montant, au Mac­Do. On s’y retrou­ve presque tous les jours. Moi, pour écrire et ter­min­er ma thèse (un coca et tran­quille pour la mat­inée) ; elle, pour socialis­er. Elle s’annonce tou­jours de la même façon, en antic­i­pant les refus (“Non, ne vous en faites pas, je vais pas vous embêter, je vais rien vous deman­der !”).…

Poursuivre la lecture →

Y’ont tué notre Saint-Jean !”

Com­pa­ra­ble à notre 14 juil­let : tout le mon­de s’en plaint mais tout le mon­de s’y rend, soit pour con­stater la fail­lite d’un âge fan­tas­mé (“Y’a 10 ans, ça n’avait rien à voir : y’ont tout gâché avec leurs gen­darmes et leurs bar­ri­cades !”), soit pour exprimer un cynis­me con­venu (“les gens sont juste gen­tils…

Poursuivre la lecture →

Usages et pratiques : quelles différences ? (6/7) Vers l’analyse des pratiques numériques

La toute dernière par­tie sur les usages/pratiques trait­era donc spé­ci­fique­ment “du” numérique avant d’aborder les dif­férentes ten­ta­tives pour “en” ren­dre compte. Précédem­ment, je me suis demandé si nous ne cour­rions pas le risque d’un anthro­pocen­tris­me, à se focalis­er exclu­sive­ment sur les agents humains dans l’analyse des pra­tiques. En plaidant pour une “ontolo­gie plate”, nous nous sommes…

Poursuivre la lecture →

Regarde, il écrit !”

À mon neveu Illan Par­fois, sans prévenir, dans l’agitation des repas et des con­ver­sa­tions, un peu absent ou rêveur, sa main se lève com­me celle du chef d’orchestre  : il écrit. Cette mémoire cor­porelle et graphique sem­ble l’articuler, le coor­don­ner, com­me si les sig­nes, incor­porés, le tra­vail­laient con­tin­uelle­ment. Le mon­de s’offre à son juge­ment et à son…

Poursuivre la lecture →

Usages et pratiques : quelles différences ? (4/7) archéologie des pensées de l’action et de la pratique

Activ­ité, action, pra­tique, prax­is, agen­tiv­ité ; agent, acteur, prati­cien; l’agir etc. cha­cun de ces ter­mes s’inscrit dans des champs séman­tiques, par­fois très proches (agen­tiv­ité-agent; action-agent; action-pra­tique), mal­gré les nuances don­nées par les uns et les autres à une notion (l’agentivité, com­me l’action, est bien la capac­ité à agir sur quelque chose en vue de quelque…

Poursuivre la lecture →

Usages et pratiques : quelles différences ? (5/7) Quatre théories contemporaines sur l’action et la pratique

Com­me on l’a vu dans la par­tie I, c’est à la fin du 19ème s et au début du XXème s qu’eut lieu l’articulation entre la prax­is et la polis, à par­tir de 4 philoso­phies (théorie sociale de Marx, exis­ten­tial­is­me de Kierkegaard, prag­ma­tisme et philoso­phie ana­ly­tique). La philoso­phie de l’action, essen­tielle­ment ana­ly­tique dans sa ver­sion…

Poursuivre la lecture →

C’est quoi ça ?” Imagiers, abécédaires et loupoils

Imagiers, abécé­daires, voitures et gâteaux : le mon­de que nous lui apprenons n’est que le nôtre. S’il voit un loup, mal­gré les nuances dans les dif­férentes fig­ures et sig­nes que nous lui soumet­tons inlass­able­ment (“C’est quoi ça ?”), c’est parce que nous n’en voyons pas non plus ou reje­tons avec bien­veil­lance ses propo­si­tions. Lui-même vient…

Poursuivre la lecture →

Elle a tourné la tête et elle a plus rien dit”

Les fêtes offrent sou­vent ces exem­ples de con­fi­dences, qui ne sont pos­si­bles qu’entre deux tra­jets (“tu peux m’emmener en ville ?”), qu’entre des cor­ri­dors ou après l’affairement des pré­pa­ra­tions où l’on n’a du temps pour per­son­ne, sauf pour les autres (“sors de la cuisine,  je dois finir !”). Ce que ma mère n’avait alors pas perçu dans…

Poursuivre la lecture →

J’appelle ça des amitiés à usage unique”

Il aurait sans doute pu être un excel­lent ami (bien­veil­lant, curieux et à l’écoute com­me tous mes amis), mais nous avons rapi­de­ment com­pris tous les deux que nous ne nous rever­rions pas, bien que nous nous soyons recon­nus. Les ami­tiés à “usage unique” (com­me il les qual­i­fia alors) ont quelque chose de néces­saire et d’essentiel…

Poursuivre la lecture →

La nuit on les voit pas mais on sait à l’odeur qu’ils sont là”

Au départ de Québec pour pren­dre l’avion avec le chauf­feur qui m’expliquait toute la logis­tique du déblayage. Tra­vail de Sisyphe, avec de gross­es voitures à mandibules, par­fois chargées d’une seule rue, allers puis retours toute la journée ; elles bâtis­sent des murs de neige sur les côtés (“Vous voyez le feu rouge là à 5 mètres du…

Poursuivre la lecture →