Comment annotent les étudiants ? Une étude menée dans une université canadienne

Les études con­sacrées à l’annotation dans les milieux universitaires/ étu­di­ants sont extrême­ment abon­dantes. À l’inverse des études his­toriques (très nom­breuses, égale­ment), elles ne cherchent pas à recon­stituer l’univers men­tal d’un lecteur à par­tir de ses traces mais à éval­uer des gestes et des procé­dures de tra­vail sus­cep­ti­bles d’être adap­tés aux écrans. C’est, du moins, l’ambition for­mulée…

Poursuivre la lecture →

L’annotation en Egypte de textes grecs et latins jusqu’à la fin de l’antiquité

Le récent livre de Kath­leen McNamee1NcNamee Kath­leen, Anno­ta­tions in Greek and Latin texts from Egypt, Amer­i­can Soci­ety of Papy­rol­o­gists, 2007., con­nue pour ses travaux sur l’annotation dans l’antiquité, prend pour objet d’étude 293 man­u­scrits annotés pour les analyser dans la per­spec­tive de la bib­li­ogra­phie matérielle. Le matéri­au Péri­ode Le matéri­au est ancien (IIIème s av. J.-C-VIIème…

Poursuivre la lecture →

Les Digital Humanities et la question de l’annotation collaborative

Du 16 au 22 juil­let 2012 se tenait à Ham­bourg le grand col­loque annuel des Dig­i­tal Human­i­ties. Par­mi les ateliers/conférences, 6 ont abor­dé la ques­tion de l’annotation. J’en retiendrai surtout trois, qui trait­ent de l’annotation comme “mar­que de lec­ture” et non pas dans le sens de “méta­don­nées” (le mot “anno­ta­tion est en effet ambiguë en anglais). Annot­er, visu­alis­er :…

Poursuivre la lecture →

Portraits de voyage (1) : “Eux” et “nous”

(Tan­zanie, été 2012) C’était bien en mou­ve­ment, lorsque notre 4x4 ren­con­trait le leur, soit pour le dépass­er soit pour être devancé, que nous aperce­vions (ou imag­in­ions en les recon­sti­tu­ant), dans l’entrebâillement d’une fenêtre offerte, les habi­tudes pris­es, les amé­nage­ments et les posi­tions que nous pen­sions être les seuls à adopter dans ces con­di­tions. Mais voici…

Poursuivre la lecture →

Portraits de gestes : buffet et repas

(Tan­zanie, été 2012) L’intérêt d’un rythme com­mun se mesure d’autant mieux dans les repas. On peut le véri­fi­er avec les buf­fets où les organ­i­sa­tions, les gestes et les procé­dures par­ti­c­ulières qu’ils ren­dent pos­si­bles désta­bilisent l’ordre et les règles néces­saires à la con­sti­tu­tion d’un groupe soudé. Ton père, il finit le repas en 15 min­utes à…

Poursuivre la lecture →