Hygiène de la lecture (2) : la bibliothèque et le corps

Ma bib­lio­thèque est com­me mon corps : je n’en ressens pas chaque par­tie mais l’ensemble et ce n’est qu’au cours d’une activ­ité physique ou intel­lectuelle que je prends con­science d’un mem­bre ou d’un livre. L’opération qui con­sis­te à scan­ner son corps, com­me y invite la médi­ta­tion, pour en dis­socier les mem­bres ou, à l’inverse, en envis­ager…

Poursuivre la lecture →

Hygiène de la lecture (I) : l’étiquette et la cire

Il n’y a pas beau­coup de dif­férences entre l’action qui con­sis­te à arracher l’étiquette d’un livre et celle qui pousse chaque semaine femmes et hommes à s’épiler à la cire. Dans les deux cas, le ter­rain néces­site une pré­pa­ra­tion minu­tieuse. La qua­trième de cou­ver­ture d’un livre est bal­ayée de la main pour repér­er les élé­ments venus la cor­rompre (sou­vent…

Poursuivre la lecture →