Rythmes | (1) Quand trouvons-nous notre rythme ?

Le rythme est notre réponse au monde. Face à l’inconnu, à l’incertain, face au devenir, nous inven­tons des pris­es — con­cepts pour penser, cal­en­dri­ers pour se sou­venir, etc. -, avant que d’autres prob­lèmes ne nous imposent d’a­gir. Le rythme est un mou­ve­ment d’oscillation. Entre répéti­tion et renou­veau, il ouvre un espace où les gestes, les formes…

Poursuivre la lecture →

Le chercheur comme artisan

Nous ne savons pas bien com­ment tra­vail­lent nos col­lègues, lorsqu’ils écrivent un arti­cle par exem­ple : quels instru­ments (gomme, post-it, logi­ciels, etc.) et quels sup­ports mobilisent-ils ? Com­ment rassem­blent-ils la matière col­lec­tée dans un ensem­ble épars de doc­u­ments ? Quelles trans­for­ma­tions subis­sent leurs écrits, du surligne­ment au texte envoyé à une revue ? Découpent-ils leur lieu de tra­vail…

Poursuivre la lecture →

Analyser les savoirs dans les “environnements numériques” : approche pluridisciplinaire

J’or­gan­ise le 7 décem­bre 2017 à la MSH Ange-Guépin (Nantes) une journée d’é­tude sur l’analyse des savoirs humains dans les “envi­ron­nements numériques”. L’ap­proche se veut ouverte, pluridis­ci­plaire et frater­nelle (j’in­siste sur ce terme parce que la défense d’une dis­ci­pline se fait trop sou­vent au détri­ment des autres). Plus pré­cisé­ment, il s’a­gi­ra de com­pren­dre : Quelles opéra­tions matérielles, tech­niques, cor­porelles,…

Poursuivre la lecture →

Tu diras que je veux la même !”

(Sucé-sur-Erdre, octo­bre 2017) Ils te fer­ont cette tombe Tu me l’as mon­trée Des fleurs de tes tem­pes Des fruits de tes pieds Ils te fer­ont cette tombe Tu m’as demandé “Pas de croix pas de mar­bre” Quelques feuilles traîn­eraient Ils te fer­ont cette tombe Chaque année De la mousse, des herbes Un lit pau­vre, rose-vio­let La même tombe De ton corps Pas…

Poursuivre la lecture →

Notes sur Grindr (2) “pour mec mec”, “pour vrai mec”, “look hétéro”

(À Isa et Jean-Michelle) Dans les échanges ou sur les pro­fils, la ques­tion de la viril­ité est obsé­dante : c’est comme si la mas­culin­ité ne pou­vait avoir qu’une forme (vir­ile). Ques­tion sans inter­ro­ga­tion pos­si­ble : comme l’ob­jec­tif sup­posé (“on n’est pas là pour dis­cuter”), elle a été sous­traite au débat pub­lic. L’évo­quer con­duit à une tau­tolo­gie (“ben un…

Poursuivre la lecture →