Portraits de la mort : “Elle oubliait la mort de son mari pis elle revivait le deuil tous les jours”

teta

(Québec, été 2013)

Dans un hôpital oui pour arrondir les fins de mois t'sais. J'aide les personnes âgées ; c'est dur parfois avec Alzheimer. Avec une Madame, trois fois ça a pris pour qu'on se présente. J'y ai dit :

- Bonjour moi c'est M. et vous ?
- Moi c'est Chantal.
- Enchanté Chantal, c'est moi qui va s'occuper de vous.

J'ai retourné à mes affaires et elle a redemandé : Comme vous vous appelez ?

- Moi c'est Marc, et vous ?
- Chantal.

Et encore une fois.

Une autre Dame, elle oubliait la mort de son mari pis elle revivait le deuil tous les jours. On savait pas s'il fallait lui dire. On disait parfois qu'on savait pas où il était pis elle cherchait.