Elle oubliait la mort de son mari pis elle revivait le deuil tous les jours”

teta

Dans un hôpi­tal oui pour arrondir les fins de mois t’sais. J’aide les per­son­nes âgées ; c’est dur par­fois avec Alzheimer. Avec une Madame, trois fois ça a pris pour qu’on se présen­te. J’y ai dit :

- Bon­jour moi c’est M. et vous ?
— Moi c’est Chan­tal.
— Enchan­té Chan­tal, c’est moi qui va s’occuper de vous.

J’ai retourné à mes affaires et elle a rede­mandé : Com­me vous vous appelez ?

- Moi c’est Marc, et vous ?
— Chan­tal.

Et encore une fois.

Une autre Dame, elle oubli­ait la mort de son mari pis elle revivait le deuil tous les jours. On savait pas s’il fal­lait lui dire. On dis­ait par­fois qu’on savait pas où il était pis elle cher­chait.

Laisser un commentaire