Portraits par la fenêtre : “Pour profiter de la lumière, avant de se coucher”

lecture-quebec-fenetre

Elles se retrouvaient avec la familiarité de celles qui ne se voient jamais, comme deux parents reprennent une conversation entamée l'an dernier, interrompus quelques instants par une question dont chacun connaît la réponse et qu'ils se plaisent à oublier ("Un sucre ou deux ?") tandis que, plus loin, en sortant du couloir – où sèche un linge oublié –, la théière vient de siffler.

Chaque hiver, la vieille oubliait un peu plus le craquement du bois ; en échange, la chaise supportait un peu plus son poids. Elles se maintiendraient le plus longtemps possible dans cet état d'ignorance feinte, "pour profiter de la lumière, avant de se coucher".