Portraits de langues (2) : “je suis une littéraire linguiste qu’on a orientée vers mathusalem”

On peut con­sid­ér­er [un] lan­gage comme une ville anci­enne, comme un labyrinthe” (Wittgen­stein)

Dans une boulan­gerie aban­don­née où traîne la lumière.

Guenièvre :

J’ai aucune vie moi ici, j’ai qu’une vie ter­restre ! Ma vie antérieure, c’était dans le ven­tre de ma mère, dans le par­adis for nev­er et nev­er.

***

Elle lève le doigt :

J’ai bac + 3, anglais com­mer­cial, 14/20, langues et affaires, mes par­ents too much for them ils n’avaient pas les moyens de me pay­er les études, ensuite con­cours pour l’obtention de mon diplôme des chèques postaux, économie du pre­mier coup, ensuite math, tout le monde avait loupé because dif­fi­cult very dif­fi­cult, ensuite français, je m’en sou­viens de tout1J’avais écrit tout, t-o-u-t et c’est comme ça que ça s’écrit. Main­tenant on par­le de tout, de tous les temps. Bien reçu ? Well donne clever boy.temps.

***

Vous êtes believ­er, vous êtes believ­er ? Quelle obé­di­ence ? Bap­tisé ? Where ? Quelle ville, remem­ber, remem­ber ta mémoire !

***



Ce beau mon­sieur parisien dans son very nice suit, quel idiot, qu’est-ce que j’ai dit ? “idiot” ? Non ! “imbé­cile”, douce­ment cil, com­pris ? La sinusale, oh j’ai de l’esprit j’en ai !

***

Tu me passeras ton bouquin sur la genèse des ordi­na­teurs mon petit.

***

Il y en a beau­coup ici qui me pren­nent pour une sil­ly girl à cause de ma face strange mais attends de voir, attends que je fasse la syn­thèse de tous mes exa­m­ens mon petit.

To begin with (elle lève le doigt) :

  • men­tion très bien avec félic­i­ta­tions du jury
  • bac + 3 anglais
  • obten­tion de mon diplôme de chèques postaux
  • math, algo­rithme, nobody ne com­pre­nait rien
  • and more and more !

Je me répète vous le savez par coeur peu importe donc con­clu­sion : somme toute quand je suis ren­tré en sec­onde dans ce pen­sion­nat religieux ma moyenne a régressé because je n’avais plus que deux heures d’études. C’était un prêtre tré­pané qui nous sur­veil­lait, je suis une lit­té­taire lin­guiste qu’on a ori­en­tée vers math­usalem. Le prof dis­ait “comme vous savez tout jeune fille” sil­ly girl face de crème, prenez ma place ! Mais comme je suis timide, je n’osais pas…understood ?

***

La philoso­phie tran­scen­dale, tu la pra­tiques ? Me also, moi aus­si, tu com­prends ? Under­stood. Pas d’ésotérisme ou de métempsy­chose, mon petit, pas d’enfantillages !

***

Je dirai next time la prochaine fois com­ment je m’appelle.

Guenièvre, sir. (Elle fait une révérence et s’en va)

***

Ils se foutent de ma gueule je te dis avec ma strange face (mais j’absous tout, anathème et dis­cré­tion !), “ugly, ugly” mais je suis pas vrai­ment ugly ! Je te mon­tr­erai une pho­to de mes 30 ans, vous allez beau­coup aimer même si je suis trop vieille pour toi mon petit.

***

Remem­ber, remem­ber, pas si sil­ly girl, pas si strange face for nev­er and nev­er…

***



(Elle lève le doigt)

Élève intel­li­gente, régulière­ment en tête de classe, pen­sée solide, pen­sée pro­fonde, style agréable, remem­ber ma mémoire, remem­ber ! Je suis une lit­téraire lin­guiste !

***

A l’époque j’étais menue, mes os ont poussé, ne te moque pas de moi atten­tion pas de plaisan­terie avec moi ! I’m not a sil­ly girl I told you !

***

J’ai com­mencé à fumer à l’âge de 22 ans mon den­tiste me dis­ait made­moi­selle vous devriez com­mencer à faire du judo comme j’étais très timide je restais dans ma cham­bre smock­ing. Tu n’as jamais fumé ? Ne fumez jamais, quel déri­vatif avez-vous ? Moi aus­si j’écris, j’en fais des poèmes, des alexan­drins ! Ecoutez (elle lève le doigt) :

C’est mieux que tes enfan­til­lages, c’est quand même mieux que tes poèmes sans mots cru­cials, tes mots sim­ples, tes enfan­til­lages, tes babil­lages, tes pier­res et tes jardins !

***



Il faut que tu te press­es, idiote. Je fais l’imbécile pour cacher une grande timid­ité ! I’m shy, very shy, grande timide, not so sil­ly I told you remem­ber ta mémoire.

***

Ils sont fous, ils achè­tent tous des voitures, des méga­los ! Ils sont tous din­gos (elle rit), encore plus que moi. Quand je vois des gens intel­li­gents, ça me met en ébul­li­tion eth­nique !

***

Je reste ici pour Noël, c’est comme le par­adis ter­restre. Je reste ici, avec un ami, c’est comme mon fils adop­tif. On reste ensem­ble dans le par­adis for nev­er and nev­er.

Notes   [ + ]

1. J’avais écrit tout, t-o-u-t et c’est comme ça que ça s’écrit. Main­tenant on par­le de tout, de tous les temps. Bien reçu ? Well donne clever boy.