Portraits de mon corps (2) : 86 métamorphoses

à voix basse
de mon­tagne
cour­bés par la marche
du soir
quand les choses 
fondent
lente­ment
dans le silence

quand les tau­pes ron­gent
les racines des vis­ages

à la porte du pin
ou de l’olivier

cigales et cri­quets
rap­pelez cet été