Portraits d’une psychanalyse (2) : répétition, répétition, répétition…

I.

Je répète parfois mon texte avant de la voir, prévois un sujet ou deux dans l'ascenseur que je n'aborderai pas.

***

J'apprends à improviser en faisant suffisamment confiance à ma parole, à la respecter comme un être vivant, pour la laisser se déployer dans le temps de la séance et l'espace du cabinet.

***

L'acteur c'est d'abord la parole, et nous l'assistons ?

II.

Famille, ami-e-s, collègues, inconnu-e-s : elle occupe tous les rôles.

***

L'acteur, c'est d'abord la parole, et nous la représentons ?

III.

Je répète les mêmes actions, les mêmes erreurs précisément parce que les situations, les choses et les hommes ne se ressemblent jamais tout à fait (c'est leur génie) : je ne les vois pas arriver.

***

Le savoir mantique ne préserve pas de la répétition.

***

Un temps est nécessaire - incompressible, long - avant d'identifier des récurrences, des patrons sous la multiplicité des masques et des formes que peut prendre le symptôme.

***

Un temps est nécessaire - incompressible, long - avant de l'épuiser et de s'autoriser à faire un pas de côté.

IV.

Dans L'Invention de Morel, Casares décrit une machine qui peut reproduire fidèlement la réalité à l'infini, après l'avoir tuée : capturé, un individu (ou plutôt : son âme, son fantôme) est condamné à revivre les mêmes moments.

Capture d’écran 2017-03-31 à 10.23.24

Pourquoi avoir fabriqué une telle machine ? Parce que Morel aime une femme qui ne l'aime pas : il cherche à se l'approprier éternellement, qu'il tue en créant sa réplique. Soustraite au monde, fantomatique, elle est maintenant condamnée à répéter leur rencontre.

***

La répétition est le désir de possession.

***

La répétition finit par me posséder.

***

La répétition est le désir de possession qui finit par me posséder.

***

Dans la répétition, je me possède : je suis à moi éternellement.

***

La répétition est l'amour de soi.

***

Dans la répétition, je possède le monde.

***

Rien ne meurt en se répétant.

***

La répétition est la négation de la contingence, de la fluctuation du monde.

***

La répétition est la négation de la mortalité.

***

La répétition est la négation de la mort ?

V.

Qu'est-ce qui se répète ? L'amour vivant de Morel ou son fantôme ? Qu'est-ce que je possède dans la répétition ?

***

La répétition est possession d'une représentation.

***

La répétition tue pour représenter.

***

La répétition est l'instrument de la représentation qui tue la réalité pour que nous la possédions.

VI.

Dans L'Invention de Morel, le narrateur observe puis approche la fantôme : il cherche à donner l'impression à ses potentiels observateurs qu'il fait partie de son monde et qu'ils s'aiment ; pour cela, il répète à ses côtés les gestes de l'amour.

***

Dans la répétition, j'apprends à produire l'illusion.

***

La répétition est l'indice d'une préférence pour la représentation.

VII.

Le narrateur finit par mourir, après s'être enregistré dans la machine pour rejoindre le fantôme de l'amour et devenir, à son tour, une copie.

***

C'est le désir d'amour qui conduit à la répétition.

***

Celui qui répète est une copie de sa réalité : il vit sa vie à côté.

VIII.

C'est alors qu'il se rappelle le pays qu'il a aimé et qui l'a poussé à fuir sur cette île maudite, après l'avoir politiquement condamné.

***

La répétition est l'indice de tentatives de remémoration.

***

J'accède au souvenir par la représentation.

IX.

La répétition est re-présentation : opportunité/chance de revivre une nouvelle fois en recommençant différemment.

X.

La répétition est la condition du renouveau.