j’ai produit les créatures afin de me connaître en elles”

Dans son étude con­sacrée à Ibn Arabî (1165–1240), Hen­ry Corbin (1903–1978) évoque une phrase célèbre de la tra­di­tion soufie : J’é­tais un tré­sor caché, j’ai aimé à être con­nu. C’est pourquoi j’ai pro­duit les créa­tures afin de me con­naître en elles. On pour­rait sans doute en dire autant du lan­gage. Poètes, écrivains, pré­ten­tent le tra­vailler…

Poursuivre la lecture →

Pratiquer l’hypnose (1/2) inconscient ou conversation ?

Pas de théorie ou de syn­thèse, comme j’ai l’habi­tude de faire : je par­ti­rai de mon expéri­ence, bien con­scient de toutes mes lim­ites, qui sont aus­si mes guides. Je pra­tique régulière­ment l’hyp­nose : c’est un état de con­science recon­fig­urée, mod­i­fiée, grâce auquel j’ac­cède à nou­velles formes de raison­nements ou d’ex­péri­ences. Etat com­pa­ra­ble à la phase…

Poursuivre la lecture →

#Latinx : une poésie indigéniste, queer et polémique sur Instagram

L’ar­ti­cle sci­en­tifique dont j’aimerais ren­dre compte aujour­d’hui a été pub­lié fin 2019 dans la New Lit­er­ary His­to­ry, une revue de l’U­ni­ver­sité John Hop­kins. Inti­t­ulé “The Queer Migrant Poemics of #Lat­inx Insta­gram”, il porte sur le tra­vail de quelques poètes migrant.e.s homosexuel.l.e.s défa­vor­ables à la “latinité”, un dis­cours iden­ti­taire et majori­taire en Amérique latine qui fait, d’après…

Poursuivre la lecture →

Je muse, tu muses, il muse…Qu’est-ce que le “musement” ?

L’an­née dernière, en explo­rant avec ma col­lègue styl­is­ti­ci­enne et amie Clé­mence Jacquot un ter­rain en cours (la fab­ri­ca­tion d’oeu­vres expéri­men­tales chez Publie.net), nous avons décou­vert un curieux terme : le “muse­ment”. Sans l’avoir encore mobil­isé, nous avons cepen­dant pressen­ti, nous qui tra­vail­lons en par­tie sur les signes matériels et les énigmes qu’ils posent, en quoi…

Poursuivre la lecture →

Le plastique rend homosexuel” ou les pouvoirs sociaux de la matière

Dans cette sec­tion (“Comptes ren­dus”), je le rap­pelle : des arti­cles de col­lègues sci­en­tifiques récents, qui m’in­ter­pel­lent ; par­fois au-delà de mes sujets et de mes intérêts pre­miers (lec­ture, écri­t­ure, cul­tures numériques, lit­téra­ture). Signe que je me déplace douce­ment vers ce qui m’habite et m’ap­pelle. À terme, peut-être, des vidéos : dire autrement la recherche,…

Poursuivre la lecture →